0

Définition des neurosciences

La neuroscience est l’étude des processus chimiques, biologiques et anatomiques qui influencent le comportement et la fonction du cerveau. Il combine une variété de domaines interdisciplinaires, y compris la médecine, la chimie, la psychologie, la biologie moléculaire, l’anatomie, la physique et d’autres sciences de la vie pour comprendre le système nerveux.

Qu’est-ce que la neuroscience ?

La neuroscience est l’étude du système nerveux et de la façon dont les nerfs affectent le comportement à l’aide d’un large éventail d’approches scientifiques. La neuroscience, également appelée science neuronale, cherche à comprendre comment le système nerveux fonctionne, mûrit et se maintient – à la fois chez les individus en bonne santé et chez les individus souffrant de troubles cérébraux, psychiatriques ou neurodéveloppementaux. Il se concentre principalement sur la structure et le développement du système nerveux central, qui comprend le cerveau et la moelle épinière.

Pour cette raison, la recherche en neurosciences se concentre souvent sur la manière dont le cerveau influence le comportement et le fonctionnement cognitifs. Ceux qui étudient les neurosciences sont appelés neuroscientifiques. Un neuroscientifique diffère d’un spécialiste en neurosciences en ce que «spécialiste en neurosciences» fait généralement référence aux médecins qui se spécialisent dans le traitement des affections du cerveau et de la colonne vertébrale, tandis que les neuroscientifiques sont des chercheurs spécialisés dans l’étude du système nerveux.

Neuroscience : explorer le cerveau

La neuroscience est notre principale source d’informations sur le cerveau et son impact sur le comportement et les fonctions cognitives. Avec un nombre croissant d’outils, tels que les scans d’imagerie par résonance magnétique (IRM), les machines d’électroencéphalogramme (EEG) et la technologie d’imagerie 3D, ce domaine aide à décoder le fonctionnement complexe du cerveau.

Pourquoi les neurosciences sont importantes

Parce que la neuroscience affecte un si large éventail de fonctions humaines, la compréhension du cerveau joue un rôle essentiel dans le traitement et la prévention de nombreuses affections neurologiques.

Les neurosciences ont contribué à faire progresser notre compréhension de divers troubles et blessures neurologiques, notamment :

  • TDAH
  • Dépendance
  • Troubles du spectre autistique
  • Accident vasculaire cérébral
  • Tumeurs cérébrales
  • Paralysie cérébrale
  • Le syndrome de Down
  • Épilepsie
  • Sclérose en plaques
  • la maladie de Parkinson
  • La schizophrénie
  • Sciatique
  • Les troubles du sommeil
  • Les psychotraumatismes
  • Le Syndrome de Stress Post-traumatique

Actualités des neurosciences

Voici quelques nouvelles et percées récentes dans le domaine des neurosciences que vous devriez connaître.

  • Les scientifiques ont découvertle système de navigation du cerveau. En 2005, des neuroscientifiques ont découvert des cellules « quadrillées » dans le cortex entorhinal qui jouent un rôle majeur dans la façon dont les animaux gardent une trace de leur position dans l’espace – un problème fondamental pour la survie.
  • Les laboratoires de neurosciences adoptent l’ optogénétique. La découverte en 2005 de l’optogénétique, une technique d’activation des neurones avec la lumière, a fourni aux laboratoires de neurosciences une manière détaillée d’étudier le rôle des neurones sélectionnés dans une maladie ou un comportement.
  • La thérapie cognitivo-comportementale bénéficie d’ un soutien scientifique. Une méta-analyse de 2012 portant sur plus de 100 études a trouvé une solide base de preuves pour la thérapie cognitivo-comportementale. La TCC s’est avérée particulièrement favorable aux troubles anxieux, aux troubles somatoformes, à la boulimie, aux problèmes de contrôle de la colère et au stress général.
  • Les scientifiques ont ouvert la barrière hémato-encéphalique. Les neuroscientifiques ont pénétré avec succès la barrière hémato-encéphalique, un réseau de cellules qui protège le cerveau du reste du corps. Bien que la barrière empêche les toxines nocives dans la circulation sanguine de pénétrer dans les tissus cérébraux, elle rend également difficile l’administration de médicaments au cerveau. La barrière hémato-encéphalique a été ouverte chez l’homme pour la première fois en 2015.
  • L’intelligence artificielle alimente les implants neuraux. Les implants neuraux peuvent modifier l’activité électrique du cerveau, aidant à restaurer la fonction dans les zones endommagées par des lésions cérébrales ou des troubles neurologiques. En 2017, les chercheurs ont prototypé un implant neuronal à l’échelle nanométrique, alimenté par l’IA, qui peut renforcer les synapses faibles chez les patients souffrant de troubles cérébraux.
  • Les interfaces cerveau-ordinateur fontprogresser la rééducation neurologique. Le quadriplégique Rodrigo Hübner Mendes est devenu la première personne à conduire une voiture de course de Formule 1 (F1) en utilisant uniquement ses ondes cérébrales en 2017. Cela a été possible en combinant une interface cerveau-ordinateur (BCI) et une technologie EEG non invasive. Hübner Mendes portait un casque EMOTIV EPOC + EEG tandis qu’un ordinateur de bord traduisait ses pensées en commandes pour conduire la voiture.

Comment les neurosciences peuvent contribuer à expliquer le comportement ?

Recherche en neurosciences

La recherche en neurosciences est une discipline en croissance rapide, car les progrès de l’une des principales branches des neurosciences contribuent à la recherche dans le domaine dans son ensemble. Les domaines de recherche en neurosciences sont très variés, mais couvrent principalement la relation entre la fonction et la structure du système nerveux et la maladie, le comportement et les processus cognitifs.

Répondre aux grandes questions des neurosciences

Alors que le système nerveux joue un rôle dans un nombre incroyable de fonctions comportementales, certains des sujets les plus intéressants en neuroscience aujourd’hui incluent les neurosciences et le sommeil, les neurosciences et la motivation humaine, les neurosciences sociales et la neuro-économie. L’exploration de ces sujets met en lumière la manière dont les neurosciences expliquent le comportement à plus grande échelle.

Neuroscience et sommeil

Le sommeil a traditionnellement été étudié dans les catégories de la médecine et de la psychologie. Alors que les neurosciences sont devenues un domaine interdisciplinaire établi à la fin des années 1900, la recherche en neurosciences a commencé à se concentrer sur le sommeil. Puisque les animaux ont besoin d’une certaine quantité de sommeil pour fonctionner – au risque de leur santé – le sommeil est un comportement neuronal critique. La neuroscience du sommeil cherche à explorer ce qui constitue le sommeil, comment le sommeil est déclenché, ce qui se passe dans le cerveau pendant le sommeil et comment les troubles du sommeil sont provoqués et traités.

Un type de test EEG est spécifiquement dédié à l’évaluation des troubles du sommeil. Une « polysomnographie », ou étude du sommeil EEG, est une procédure de nuit qui mesure l’activité corporelle (fréquence cardiaque, respiration et niveaux d’oxygène) pendant qu’une analyse EEG est effectuée.

Neurosciences et motivation humaine

L’étude des neurosciences et de la motivation humaine examine les composantes neurobiologiques de la motivation normale et anormale. Vous pouvez considérer la motivation comme une attitude ou une caractéristique qui décrit des individus très performants. En fait, la motivation est un comportement neurologique qui implique des processus biologiques et psychologiques.

Au niveau biologique, les animaux sont motivés pour répondre aux besoins de survie tels que la nourriture, un abri et de l’eau. Au niveau psychologique, un certain nombre de facteurs peuvent contribuer à savoir si un animal maintient une motivation pour répondre à ses besoins de base. Par exemple, les troubles neurologiques tels que la dépression et la schizophrénie ou des maladies comme la toxicomanie perturbent la motivation.

Des sujets de neurosciences pour plus de lecture

Méditation Neuroscience

La méditation a fait l’objet de centaines d’études en neurosciences. Parce que la méditation est fortement associée à la réduction du stress et de l’anxiété, les neuroscientifiques s’intéressent à ses effets sur l’activité cérébrale. De nombreuses études utilisent des techniques d’enregistrement de l’activité cérébrale comme l’EEG et la neuroimagerie comme l’IRMf pour observer comment la méditation peut affecter les changements dans l’activité cérébrale.

Par exemple, une première étude a utilisé l’EEG pour enregistrer l’activité cérébrale de méditants Zen expérimentés. Les chercheurs ont observé l’apparition d’ondes Alpha, une augmentation de l’amplitude des ondes Alpha, une diminution des ondes Alpha et l’apparition d’ondes Thêta. Ces changements dans les états EEG étaient parallèles au processus méditatif pratiqué par le sujet. L’activité alpha est associée à un état d’esprit détendu, calme et lucide, et l’activité thêta chez l’adulte est associée à la somnolence.

Neuroscience de la dépression

On pense que diverses structures du cerveau jouent un rôle dans la dépression. Sur le plan biologique, les neuroscientifiques ont identifié que certains gènes peuvent influencer la sensibilité d’un individu à la mauvaise humeur et sa réponse aux médicaments.

Les chercheurs ont utilisé des techniques de neuroimagerie et de tomographie pour comprendre comment la dépression affecte les régions et les fonctions. Les scans IRMf peuvent mesurer les changements dans les régions du cerveau lorsqu’elles répondent aux stimuli, et la tomographie par émission de photons uniques (SPECT) et la tomographie par émission de positons (TEP) peuvent mesurer la densité et la distribution des neurotransmetteurs.

Dans le cerveau déprimé, la communication entre les neurones peut être irrégulière – par exemple, un neurorécepteur peut répondre de manière inefficace à un neurotransmetteur. Il est important de noter que la dépression n’est peut-être pas due à de faibles niveaux de neurotransmetteurs seuls. Au fur et à mesure que les chercheurs explorent la neuroscience de la dépression plus en profondeur, ils permettent de mieux comprendre les nombreuses causes possibles de la dépression, notamment les traumatismes, la génétique, le stress et les conditions médicales.

Neuroscience de la toxicomanie

Les stigmates de la société ont caractérisé la dépendance en raison de défauts moraux ou d’une faible volonté. Les recherches sur les neurosciences de la toxicomanie au cours des 30 dernières années ont démontré que la toxicomanie est en fait un trouble cérébral chronique. La dépendance perturbe le système de neurocircuits (appelés neurocircuits) impliqués dans la motivation et la récompense. La neuroscience de la toxicomanie étudie les processus neurologiques sous-jacents aux facteurs biologiques, sociaux et culturels qui contribuent à la vulnérabilité d’une personne à la dépendance et à la toxicomanie.

Neuroscience de la musique

La neuroscience de la musique cherche à comprendre les mécanismes neuronaux impliqués dans les processus cognitifs d’écoute, d’exécution, de composition et de lecture de la musique.

Parce que la musique nous affecte de manière émotionnelle et physique, de nombreuses études indépendantes ont été menées autour des neurosciences de la musique. Par exemple, des chercheurs ont étudié comment la musique contribue au rappel de la mémoire chez des sujets souffrant de démence ou d’Alzheimer.

La neuroscience de la musique inclut également la recherche sur les consommateurs. Une expérience a enregistré des données EEG de trois artistes norvégiens célèbres tout en écoutant de la musique de divers genres. Les données EEG enregistrées ont été analysées à l’aide d’un algorithme pour détecter si des artistes célèbres aimaient la musique qu’ils écoutaient. Regardez la vidéo ci-dessous pour savoir si Lars Vaular, Ole Paus et Margaret Berger sont leurs musiciens préférés.

Neuroscience de la mémoire

La mémoire implique des processus cognitifs et neuronaux complexes, et les scientifiques étudient toujours la neuroscience de la mémoire. Cependant, nous avons une compréhension fondamentale de la façon dont les expériences sont encodées dans le cerveau. De nouveaux souvenirs se forment lorsque les synapses sont modifiées ou redirigées. L’hippocampe et la région parahippocampique convertissent les événements à court terme en souvenirs à long terme. L’amygdale intègre les émotions dans nos expériences vécues.

Neuroscience de la conscience

La conscience influence le comportement humain, donc la neuroscience fournit une lentille pour expliquer la conscience. L’étude des neurosciences de la conscience cherche avant tout à répondre à ce que les propriétés neuronales expliquent lorsqu’un état est conscient ou non (conscience générale) et quelles propriétés neurales identifient la base d’un état conscient (conscience spécifique).

Champs de neurosciences

Parce que la neuroscience est une étude interdisciplinaire, la recherche et les développements modernes peuvent être classés dans de nombreux domaines de neurosciences.

Liste des domaines des neurosciences :

Dans les sections suivantes, nous expliquerons les différences entre les neurosciences et la psychologie et les neurosciences par rapport à la neurologie, décrirons les principaux domaines des neurosciences (neurosciences cognitives et comportementales) et définirons d’autres domaines émergents.

  • Neuroscience affective (neuroscience émotionnelle)
  • Neuroscience comportementale
  • Neuroscience cellulaire
  • Neuroscience clinique
  • Neuroscience cognitive
  • Neuroscience computationnelle
  • Neuroscience culturelle
  • Développement cognitif
  • Neuroscience
  • Neuroscience du développement
  • Neuroscience évolutive
  • Neuroscience éducative
  • Neuroscience moléculaire
  • Neuroscience médicale
  • Ingénierie neuronale
  • Neuroanatomie
  • Neurochimie
  • Neuroéconomie
  • Neuroéthique
  • Neuroéthologie
  • Neurogastronomie
  • Neurogénétique
  • Neuroimagerie
  • Neuroimmunologie
  • Neuroinformatique
  • Neurolinguistique
  • Neuromarketing
  • Neurophysique
  • Neurophysiologie
  • Neuropsychologie
  • Paléoneurobiologie
  • Neuroscience sociale
  • Neuroscience des systèmes
  • Neuroscience théorique
  • Neuroscience translationnelle

Quelle entre la neuroscience et la psychologie ?

Quel est le lien entre les neurosciences et la psychologie? Revoyons la définition des neurosciences. C’est l’étude des processus chimiques, biologiques et anatomiques qui influencent le comportement et la fonction du cerveau, tandis que la psychologie est l’étude abstraite du comportement humain. Vous pouvez étudier la psychologie et en apprendre davantage sur la nature humaine, mais sans connaissances scientifiques sur le fonctionnement du cerveau, vous n’avez peut-être pas une image complète. Les scientifiques découvrent encore comment le cerveau est impliqué dans des processus psychologiques tels que la personnalité, le comportement et les émotions.

Neurologie vs neuroscience

La neuroscience concerne l’étude du système nerveux, tandis que la neurologie concerne le traitement médical de celui-ci. La neurologie est le domaine de la médecine spécialisé dans le système nerveux central, périphérique et autonome. Les neurologues sont des médecins qui diagnostiquent et traitent les maladies et troubles neuronaux.

Neuroscience cognitive

La neuroscience cognitive est un sous-domaine de la neuroscience qui étudie les processus biologiques qui sous-tendent la cognition, en particulier en ce qui concerne les connexions neuronales. Le but de la neuroscience cognitive est de déterminer comment le cerveau accomplit les fonctions qu’il remplit. La neuroscience cognitive est considérée comme une branche à la fois de la psychologie et des neurosciences (sciences cognitives vs neurosciences) car elle combine les sciences biologiques avec les sciences du comportement, telles que la psychiatrie et la psychologie. Les technologies employées dans la recherche en neurosciences, en particulier la neuroimagerie, donnent un aperçu des observations comportementales lorsque les données comportementales sont insuffisantes.

Exemple de neuroscience cognitive

L’examen des expériences de neurosciences cognitives est utile pour comprendre les neurosciences cognitives au travail. Une récente expérience primée a exploré le rôle de la dopamine, un neurotransmetteur associé aux sentiments de satisfaction, dans la prise de décision. Les humains doivent pouvoir prendre des décisions qui leur sont bénéfiques pour survivre. Lorsque nous prenons une décision qui aboutit à une récompense, le niveau d’activité des neurones dopaminergiques augmente – et finalement cette réponse se produit même en prévision d’une récompense.

Ce processus biologique est la raison pour laquelle nous recherchons des récompenses de plus en plus grandes, telles que des promotions ou des diplômes, car un nombre plus élevé de récompenses est lié à une plus grande chance de survie. La prise de décision est un exemple de processus biologique qui influence la cognition (exemple de neurosciences cognitives).

Neuroscience comportementale

La neuroscience comportementale révèle comment le cerveau influence le comportement en appliquant la biologie à l’étude de la physiologie, de la génétique et des mécanismes de développement. Comme son nom l’indique, ce sous-champ est le lien entre les neurosciences et le comportement. La neuroscience comportementale se concentre sur les cellules nerveuses, les neurotransmetteurs et les circuits neuronaux pour étudier les processus biologiques qui sous-tendent à la fois les comportements normaux et anormaux (neurosciences biologiques).

De nombreuses expériences de neurosciences comportementales influentes ont tiré des conclusions critiques en utilisant des sujets non humains, souvent des singes, des rats ou des souris, conduisant à l’hypothèse que les organismes humains et non humains partagent des similitudes biologiques et comportementales. La neuroscience comportementale est également appelée psychologie biologique, biopsychologie ou psychobiologie.

Neuroscience computationnelle

La neuroscience computationnelle utilise l’analyse théorique, des simulations informatiques et des modèles mathématiques pour comprendre la fonction neuronale du niveau moléculaire et cellulaire au niveau du réseau au niveau de la cognition et du comportement.

Neuroscience sociale

La neuroscience sociale étudie et met en œuvre des concepts biologiques pour comprendre les processus sociaux et le comportement. Parce que les humains sont une espèce sociale, nous créons des unités sociales telles que les familles, les communautés, le quartier. La neuroscience sociale prédit que ces unités sociales sont en place parce que leurs comportements sociaux associés aident les humains à survivre et à se reproduire.

Neuroscience clinique

La neuroscience clinique étudie les mécanismes biologiques qui sous-tendent les troubles et les maladies neuronales et cherche à développer des moyens de diagnostiquer et de traiter ces troubles. La neuroscience clinique est également appelée neuroscience médicale.

Neuroscience éducative

La neuroscience éducative explore le lien entre les processus biologiques et l’éducation en étudiant les processus neuronaux impliqués dans l’apprentissage, la lecture, l’exécution de calculs et les troubles neurodéveloppementaux liés à l’éducation tels que la dyslexie et le TDAH.

Neuroscience des systèmes

La neuroscience des systèmes englobe l’étude du comportement des cellules nerveuses dans les voies neuronales, les circuits neuronaux et les réseaux neuronaux. La neuroscience des systèmes cherche à comprendre la structure et le fonctionnement du cerveau aux niveaux moléculaire et cellulaire (par exemple, comment les circuits neuronaux analysent les informations sensorielles et exécutent des fonctions spécifiques) et les niveaux cognitifs et comportementaux (comment le langage et la mémoire fonctionnent).

Neuroscience cognitive du développement

La neuroscience cognitive du développement examine les processus psychologiques et leurs bases neurologiques dans l’esprit en développement, y compris comment les changements biologiques et environnementaux affectent le cerveau à mesure que les enfants vieillissent.

Neuroscience du développement

La neuroscience du développement donne un aperçu des processus qui génèrent et influencent le système nerveux, en mettant l’accent sur son développement cellulaire et moléculaire principalement pendant la période prénatale.

Neuroscience théorique

Le terme « neuroscience théorique » est souvent utilisé de manière interchangeable avec «neuroscience computationnelle» (l’utilisation de l’analyse théorique, des simulations informatiques et des modèles mathématiques pour comprendre la fonction neurale du niveau moléculaire et cellulaire au niveau du réseau au niveau de la cognition et du comportement). La différence subtile entre la neuroscience théorique et computationnelle est que la neuroscience théorique met l’accent sur la proposition d’approches théoriques pour étudier le cerveau plutôt que sur la proposition de modèles mathématiques et de collecte de données.

Neuroscience translationnelle

La neuroscience translationnelle vise à développer des applications cliniques, des solutions et des thérapies pour les troubles neuronaux. Ces applications comprennent les interfaces cerveau-ordinateur et les implants auditifs et rétiniens.

Neuroscience moléculaire

La neuroscience moléculaire applique la biologie moléculaire et la génétique moléculaire à l’étude du système nerveux. Ce sous-domaine examine comment les neurones répondent aux signaux moléculaires, comment les axones forment des modèles de connectivité et la base moléculaire de la neuroplasticité – la capacité du cerveau à se changer. Les neurosciences moléculaires et cellulaires cherchent toutes deux à comprendre comment les neurones se développent et comment les changements génétiques affectent les fonctions biologiques. La neuroscience cellulaire étudie les neurones au niveau cellulaire : comment les neurones fonctionnent ensemble, comment les neurones s’influencent les uns les autres et les différents types et fonctions des neurones.

Neuroscience des émotions

La neuroscience émotionnelle, souvent appelée neuroscience affective, est l’étude des mécanismes neuronaux de l’émotion. On pense que l’émotion est directement liée aux structures du système limbique au centre du cerveau. La neuroscience affective associe la neuroscience à la psychologie. Par exemple, il pourrait explorer le chevauchement des mécanismes neuronaux et mentaux entre les processus émotionnels et non émotionnels – que, jusqu’à récemment, les chercheurs considéraient comme des processus cognitifs distincts.

Une brève histoire des neurosciences

Certaines des premières contributions aux neurosciences ont été faites par des philosophes. Jusqu’en 400-300 avant JC, le cœur était considéré comme la source de la conscience. Hippocrate et Platon ont contesté cette notion en plaidant pour le cerveau en tant qu’acteur de la sensation et de l’intelligence.

Au début des années 1800, le physiologiste français Jean Pierre Flourens a été le pionnier de l’ablation expérimentale (lésion cérébrale chirurgicale) et est devenu le premier à prouver que l’esprit était situé dans le cerveau et non dans le cœur. Flourens a observé les effets causés par l’élimination de différentes parties du système nerveux.

Le médecin Luigi Galvani a découvert l’électricité animale à la fin des années 1700, devenant l’un des premiers à étudier les signaux électriques des neurones et des muscles. Un certain nombre de scientifiques de la fin du XIXe siècle ont ouvert la voie à la compréhension par les neurosciences de l’activité électrique du cerveau: Emil du Bois-Reymond a démontré la nature électrique du signal nerveux, Hermann von Helmholtz a mesuré la vitesse du signal nerveux et Richard Caton et Adolf Beck a observé une activité électrique dans les hémisphères cérébraux de lapins, de singes et de chiens.

Camillo Golgi a développé une méthode de coloration (maintenant connue sous le nom de Golgi Stain) pour visualiser les tissus nerveux au microscope optique. Cette technique a été utilisée par Santiago Ramón y Cajal et a conduit à la formation de la théorie des neurones, le concept selon lequel le système nerveux est composé de cellules individuelles. Golgi et Ramón y Cajal ont ensuite remporté le prix Nobel de physiologie ou de médecine en 1906.

Paul Broca, John Hughlings Jackson et Carl Wernicke ont tous contribué à l’hypothèse de «localisation des fonctions» des neurosciences, qui suggère que certaines parties du cerveau sont responsables de certaines fonctions, à la fin des années 1800.

La neuroscience a été officiellement établie en tant que discipline universitaire dans les années 50 et 60. David Rioch, Francis O. Schmitt, James L. McGaugh et Stephen Kuffler ont été parmi les premiers à intégrer les neurosciences dans les institutions de recherche biomédicale et à établir des programmes et des départements de recherche en neurosciences.

Cet intérêt croissant a conduit à la formation de plusieurs organisations de neurosciences à la fin des années 1960 qui existent encore aujourd’hui. Il s’agit notamment de l’Organisation internationale de recherche sur le cerveau, de la Société internationale de neurochimie, de la Société européenne du cerveau et du comportement et de la Society for Neuroscience.

Plus récemment, un certain nombre de disciplines appliquées ont émergé des neurosciences, telles que le neuromarketing, la neuroéconomie, la neuroéducation, la neuroéthique et le neurolaw.

Qui a découvert les neurosciences ?

Santiago Ramón y Cajal est appelé le «père des neurosciences» en raison de ses recherches pionnières sur la structure microscopique du cerveau. Ramón y Cajal a fourni des preuves de la théorie des neurones, qui est considérée comme le fondement de la neuroscience moderne. Il a démontré que les cellules nerveuses sont individuelles et contiguës (à proximité immédiate), non continues, et a découvert le cône de croissance axonal (l’extension d’un neurite en développement à la recherche de sa cible synaptique).

Neuroscience – EEG

La recherche en neurosciences utilise souvent des techniques de neuroimagerie comme l’électroencéphalographie (EEG) pour analyser le cerveau. L’EEG est un processus électrophysiologique qui enregistre l’activité électrique du cerveau. Les neuroscientifiques peuvent analyser les données EEG pour comprendre les processus cognitifs qui sous-tendent le comportement humain. Par exemple, les neuroscientifiques cognitifs ont utilisé l’EEG pour surveiller comment l’activité cérébrale change en réponse à différents stimuli (neurosciences cognitives EEG).

Parce que l’EEG fournit un moyen scientifique d’étudier les commentaires et le comportement d’un individu, l’EEG est également une solution précieuse pour les informations des consommateurs . L’utilisation de neurotechnologies comme l’EEG pour étudier les réactions des consommateurs est appelée neuroscience du consommateur ou neuromarketing (marketing des neurosciences).

EEG clinique et neurosciences

L’EEG clinique et la neuroscience utilisent l’EEG pour diagnostiquer et surveiller les patients souffrant d’épilepsie, d’accident vasculaire cérébral ou d’autres troubles où d’autres technologies ne peuvent pas être utilisées en raison de circonstances spécifiques (par exemple, un patient avec des fragments métalliques ou des plaques dans la tête ne peut pas subir d’études IRM). L’EEG est également utilisé dans la rééducation ou la restauration de la fonction de sujets souffrant de paralysie ou de troubles moteurs grâce à son utilisation comme interface cerveau-ordinateur. L’EEG clinique peut également être utilisé pour évaluer les troubles du sommeil.

Avantages de l’EEG pour la recherche en neurosciences

  • Comparé à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), l’EEG a une résolution temporelle très élevée, ce qui signifie qu’il peut capter les réactions rapides du cerveau qui se produisent à la vitesse de quelques millisecondes. Cela lui permet de synchroniser très précisément ce qui se passe dans le cerveau et dans l’environnement.
  • Les données EEG sont collectées de manière non invasive. En comparaison, l’électrocorticographie nécessite une neurochirurgie pour placer des électrodes directement sur la surface du cerveau.
  • Par rapport aux méthodes de test comportemental, l’EEG peut détecter un traitement secret (traitement qui ne nécessite pas de réponse). Il peut également être utilisé chez les sujets incapables de faire une réponse motrice.
  • L’analyse du sommeil par EEG peut indiquer des aspects importants du moment de la maturation cérébrale.
  • Il n’y a aucun danger physique autour d’une machine EEG. fRMI et MRI sont des aimants puissants qui sont prohibitifs pour les patients porteurs d’aides métalliques ou d’implants, tels que les stimulateurs cardiaques.

Illel Kieser el baz

Illel Kieser el baz, accompagne des rescapés de traumas depuis plus de 40 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *