0

Du trauma aux troubles dissociatifs

Je présente ici les développements de Matthew Tull, PhD, spécialiste des troubles post-traumatiques. Le lecteur constatera que cette expérience le conduit à distinguer ces troubles consécutifs d’un SSPT des pathologies psychiatriques classiques. Distinction qui permettrait d’éviter de considérer les victimes de SSPT comme relevant de la psychiatrie classique, évitant aussi la prescription de traitements très lourds souvent longs.

Par Matthew Tull, PhD

Publié le 4 septembre 2010 sur le site Dissociation –Not There While You Are

Traduction et adaptation Illel Kieser el baz
Les notes du traducteur sont notées (NDT)

 

Les symptômes caractéristiques qui se développent à la suite d’un événement psychologiquement pénible et qui sort du cadre de l’expérience humaine habituelle recouvrent le terme consacré de SSPT (Syndrome de Stress Post-Traumatique). Ces derniers impliquent une nouvelle expérience de l’événement traumatique, l’évitement des stimuli associés à l’événement ou un engourdissement de la réactivité générale et une augmentation de l’excitation. Ce groupe de symptômes a été initialement reconnu en conjonction avec d’autres types de traumatismes. Les professionnels ont remarqué que certains survivants d’accidents de voiture avaient des réactions similaires à celles des soldats revenant du combat. Dans le passé, ce groupe de symptômes était alternativement appelé choc d’obus, fatigue de combat ou névrose de combat. (Les rescapé.es de violences sexuelles ou intra-familiales présentent les mêmes symptômes. NDT)

 

Avec le SSPT, les aspects du trauma sont dissociés, mais l’événement n’est pas oublié. La manière de réagir se concentre généralement sur le traitement des parties non assimilées du trauma en lui donnant une expression, guérissant ainsi les séquelles. Le traumatisme peut être revécu à travers des rêves, des comportements, des émotions et des réponses corporelles (Voir des symptômes organiques. NDT). Parfois, le trauma ou certains de ses aspects sont revécus à travers des flashbacks, des cauchemars, des terreurs nocturnes et / ou des réactions de sursaut. Bien que les symptômes du SSPT puissent sembler effrayants et être une cause de grande détresse, ils constituent une tentative de guérison du corps/esprit (Mind). Le traumatisme pénètre dans la conscience, où il peut être assimilé et guéri. (DSM-IV)

 

Le SSPT se caractérise par :  

·         des souvenirs récurrents ou intrusifs d’un événement (images, pensées, perceptions) ;

·         revivre le traumatisme de l’événement à travers des rêves ou des flashbacks ;

·         sentiments d’engourdissement émotionnel et de détachement des autres ;

·         irritabilité ou réactions de sursaut exagérées, ou hyper-vigilance ;

·         troubles du sommeil ;

·         colère ou anxiété ;

·         difficulté à concentrer ;

·         les réponses physiologiques à des situations ou événements qui symbolisent ou ressemblent à l’événement voire à la situation stressante originelle.

 

Les symptômes du trouble peuvent survenir dans les heures suivant l’événement stressant. Mais ils peuvent n’apparaître que des mois ou des années plus tard.

 

Il existe un lien certain entre les troubles dissociatifs et le SSPT. En effet, ils se chevauchent dans une certaine mesure. Par exemple, des événements douloureux et traumatisants peuvent causer d’énormes perturbations émotionnelles et perturber la conscience primaire (Proto conscience selon A. Damasio. NDT) de la personne qui se trouve soumise à un tel trouble. En conséquence – en plus de développer un trouble de stress post-traumatique ou d’autres troubles psychiques – une personne peut développer ce que l’on appelle un « trouble dissociatif », meilleur moyen de faire face au traumatisme. Le trauma lui-même, ou sa réminiscence, s’avère trop difficile à affronter. C’est ainsi que la personne peut glisser dans un état dissociatif pour échapper à la souffrance. En ce sens, la dissociation peut être adaptative, cependant, à long terme, cela peut perturber davantage la vie d’une personne.

 

Qu’est-ce que la dissociation ?

Il existe plusieurs types de troubles dissociatifs, qui provoquent tous un changement de l’état de conscience, de mémoire, d’identité ou de perception de son environnement. Ce changement peut survenir brusquement ou lentement, et peut ne pas se produire en permanence.

Le DSM-IV (http://ptsd.about.com/od/glossary/g/DSMIVdef.htm) envisage 5 types de troubles dissociatifs :

 

Amnésie dissociative : Dans l’amnésie dissociative, une personne a une ou plusieurs expériences d’incapacité à se souvenir ou se souvenir d’informations importantes sur lui-même. Cette difficulté à se souvenir des informations va au-delà du simple oubli. Les informations dont la personne ne se souvient pas concernent généralement une sorte d’événement traumatisant ou stressant.

 

Fugue dissociative : Une personne atteinte de ce trouble oubliera soudainement son passé et s’éloignera de son domicile de manière inattendue. La personne peut également éprouver une certaine confusion sur son identité ou même assumer une identité complètement nouvelle.

 

Trouble dissociatif de l’identité : ce trouble était autrefois appelé « trouble de la personnalité multiple ». Une personne atteinte d’un trouble dissociatif de l’identité aura au moins deux identités distinctes qui ont chacune leur propre façon de penser et de se rapporter au monde. Pour avoir ce trouble, au moins deux de ces identités doivent également prendre le contrôle du comportement de la personne encore et encore.

Enfin, la personne atteinte d’un trouble dissociatif de l’identité peut également avoir des difficultés à se souvenir d’informations personnelles qui, comme dans l’amnésie dissociative, vont au-delà du simple oubli.

 

Trouble de dépersonnalisation : Dans le trouble de dépersonnalisation, une personne se sent « détachée » de ses pensées ou de son corps. Par exemple, ces personnes peuvent avoir l’impression de flotter hors de leur corps, de regarder les gens à travers une fenêtre ou dans un rêve. Malgré ces expériences, la personne reste toujours en contact avec la réalité.

 

Trouble dissociatif non spécifié : Ce terme est utilisé par le DSM-IV pour décrire un trouble dissociatif dont la caractéristique principale se présente comme une expérience dissociative, mais les critères d’autres troubles dissociatifs ne sont pas présents.

 

Cette catégorie inclut les troubles dans lesquels la caractéristique prédominante est un symptôme dissociatif – une perturbation des fonctions généralement intégrées de conscience, de mémoire, d’identité ou de perception de l’environnement – qui ne répond pas aux critères d’un trouble dissociatif spécifique – ci-dessus.

 

Présentations cliniques similaires au trouble dissociatif de l’identité qui ne répondent pas à tous les critères de ce trouble. Les exemples ci-dessous présentent des troubles dans lesquels

  1. il n’y a pas deux ou plusieurs états de personnalité distincts ;
  2. L’amnésie pour des informations personnelles importantes ne se produit pas ;
  3. La dé-réalisation (un sentiment d’irréalité ou de détachement de l’environnement, est fréquemment présent en plus du sentiment d’éloignement de soi.) Non accompagnée de dépersonnalisation chez les adultes ;
  4. États de dissociation qui se produisent chez des personnes qui ont été soumises à des périodes de persuasion coercitive prolongée et intense (par exemple, lavage de cerveau, reformulation de la pensée ou endoctrinement en captivité, emprise perverse) ;
  5. Trouble de transe dissociative: troubles uniques ou épisodiques de l’état de conscience, d’identité ou de mémoire qui sont spécifiques d’ethnies à des endroits et à des cultures particuliers. La transe dissociative implique un rétrécissement de la conscience de l’environnement immédiat ou des comportements ou mouvements stéréotypés qui sont ressentis comme étant hors de contrôle. La transe de possession implique le remplacement du sens coutumier de l’identité personnelle par une nouvelle identité, attribuée à l’influence d’un esprit, d’un pouvoir, d’une divinité ou d’une autre personne, et associée à des mouvements stéréotypés « involontaires » ou à une amnésie. Par exemple chez les Amok (Indonésie), Bebainan (Indonésie), latab (Malaisie), Pibloktoq (Arctique), ataque de nervios (Amérique latine) et rites de possession (Inde). Ce trouble dissociatif à la transe ne fait pas partie intégrante des pratiques culturelles ou religieuses familières de nos pays ;
  6. Perte de conscience, stupeur ou coma non attribuable à une condition médicale générale ;
  7. Perte de conscience, stupeur ou coma non attribuable à une condition médicale générale ;
  8. Syndrome de Ganser : donner des réponses approximatives à des questions (par exemple, «2 plus 2 égale 5») lorsqu’elles ne sont pas associées à une amnésie dissociative ou à une fugue dissociative. (DSM-IV)

 

Qui peut développer des troubles dissociatifs ?

Les troubles dissociatifs se sont révélés assez courants chez les personnes atteintes d’autres troubles. Par exemple, certaines études ont révélé que plus de 10% des personnes souffrant de troubles psychiatriques en traitement ont eu une sorte de trouble dissociatif. De plus, les personnes qui ont subi des mauvais traitements et/ou de la négligence dans l’enfance peuvent être particulièrement à risque de développer un trouble dissociatif. Une étude a révélé que 46% des personnes atteintes d’un trouble dissociatif ont été victimes de violence physique dans leur enfance et 33% ont indiqué qu’elles avaient été abusées sexuellement dans leur enfance.

 

ESPT et dissociation

Les personnes atteintes d’ESPT peuvent également être plus susceptibles d’avoir un trouble dissociatif. Par exemple, une étude portant sur 628 femmes de la communauté générale a révélé que, parmi celles atteintes d’un trouble dissociatif (dont le plus courant était un trouble dissociatif non spécifié ailleurs, suivi d’une amnésie dissociative), 7% avaient également un diagnostic de SSPT.

 

Le lien entre le traumatisme et la dissociation

Par conséquent, si vous avez vécu un événement traumatique et éprouvez également une dissociation, il est important de demander de l’aide. Le traitement peut vous aider à apprendre à affronter et à gérer en toute sécurité votre expérience traumatisante. La Société internationale pour l’étude du traumatisme et de la dissociation (ISSTD) (http://www.isst-d.org/) fournit une mine d’informations sur le lien entre le traumatisme et la dissociation, ainsi que des liens avec les thérapeutes qui traitent les traumatismes et la dissociation.

Illel Kieser el baz

Illel Kieser el baz, accompagne des rescapés de traumas depuis plus de 40 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *